Le passeur - LOIS LOWRY

Publié le par Mediathèque

 

 Titre: Le passeur

Auteur : Loïs Lowry

Editeur : L'Ecole des Loisirs

 Résumé

Jonas vit dans une société qui ne connaît que le bonheur et l’égalité. La raison règne : chaque âge correspond à un apprentissage particulier : l’installation de l’enfant chez les « parents » à 3 ans, le vélo à neuf ans, le bénévolat à dix ans, l’attribution d’un métier à 12 ans.

 Jonas est nommé dépositaire de la mémoire de la communauté : il entre en apprentissage chez son prédécesseur, le passeur, qui doit lui transmettre la mémoire du passé , celle du monde d’avant l’utopie. Le jeune garçon va découvrir des choses et des sentiments jusque là inconnus de lui : le passeur va lui transmettre les couleurs, la joie d’être en famille (description de Noël) mais aussi la tristesse et la souffrance. La découverte de la notion d’élargissement (son père, nourricier, chargé de s’occuper des enfants entre 0 et trois ans, euthanasie les enfants non viables) va être l’élément déclencheur qui va décider le jeune Jonas à quitter l’utopie pour rejoindre le monde d’autrefois.

 Notre avis

 

 

 Ce roman de science-fiction est d'une grande lucidité, on peut parler de contre-utopie.

 

 Le jeune Jonas, qui croyait tout connaître et tout pouvoir maîtriser de son existence, découvre ... les sentiments. Il découvre la dualité du Bien et du Mal, une paire inséparable. L'Amour, le bien-être, mais aussi la haine, la douleur.

Son univers, qui lui semblait si protecteur se révèle hostile à l'épanouissement de l'individu. Le totalitarisme et le conditionnement de la personne  menacent toute relation personnelle et singulière avec autrui. Chacun est avant tout un membre de la communauté.

La fin du roman est totalement ouverte et nous questionne sur la possible réalité d'un monde parfait.

 

Publié dans Sélection 2005-2006

Commenter cet article

Ricardeau,5éme,College Mandela 27/01/2006 15:41

Jonas est pressée d' avoir son métier à 9 ans il a un velo et lui, il aura bientot 12 ans. Il a peur d'avoir un mauvais métier.
C'est à dire un métier qui ne correspondrait pas à ses envie. Le jour est arrivé et là, on lui annonce, qu'il va être Passeur. Ensuite, il est content et sa famille aussi. Il a peur de son copain pour son métier. Je n'ai pas aimé que ce soit le conseil des sages qui décident du metier de chacun. C'est à nous de choisir. C'est une société qui emprisonne.

bilel,4Ú,Nelson Mandela 25/01/2006 15:17

Au début, c'était bien car je trouvais que cette société l'était aussi.
- à l'âge de 9 ans , ils peuvent avoir et faire du vélo.
- à l'âge de 10 ans ,ils peuvent couper leurs cheveux.

Mais je me suis rendus compte ,à la moitié du livre, qu'en réalité ce n'est pas aussi bien que ça:
- à l'âge de 12 ans,on leur donne un métier même s'ils ne l'aiment pas .
Il y a autre chose qui m'a plu c'est le fait que le vieux passeur lui fait transmettre des mots qui l'a oublié par l'intermédiaire des mains.

Finalement, c'est une société sans liberté.
Le roman pose cette question de fond .

Ricardeau, 5Ú, collÚge Mandela 16/01/2006 10:59

Jonas est pressé d'avoir son metier a 9 ans il a un velo et lui il aura bientot 12 ans.
Il a peur d'avoir un mauvais metiers.
C'est a dire un metier qui ne correspondait pas a ses envie.Le jour est arrivé et la